Skip to Content

Comment faire en sorte que la politique européenne de bioénergie fonctionne ?

Pour que la politique européenne en matière d’énergies renouvelables puisse avoir des effets positifs sur le climat, des modifications fondamentales doivent être apportées à la nouvelle directive de l’Union européenne sur les énergies renouvelables (RED II).

Nous devons admettre que la bioénergie ne pourra toujours répondre que de façon limitée aux demandes d’énergie de l’UE, que certaines sources de bioénergie particulièrement nuisibles devraient être entièrement exclues de tout usage industriel et que le reste ne doit être utilisé que dans les centrales électriques offrant le meilleur rendement énergétique.

 

Recommandations de Fern concernant l’amélioration des éléments relatifs à la bioénergie dans la directive sur les énergies renouvelables:

1.     Aucune subvention pour les sources de biomasse présentant des risques

Le fait de brûler certaines formes de biomasse comme le bois rond et les souches, ainsi que les cultures des terres agricoles, a des effets particulièrement négatifs sur le climat et sur la biodiversité. Ces sources de biomasse qui présentent des risques élevés ne devraient jamais recevoir de subventions ni contribuer à atteindre les cibles de l’UE en matière d’énergies renouvelables.

2.     Utiliser la biomasse uniquement dans les installations offrant le meilleur rendement énergétique

Mettre fin à l’aide publique accordée aux nouvelles centrales de bioénergie hautement inefficaces en 2021, sans aucune exception. Les critères d’efficacité énergétique doivent s’appliquer à toutes les installations supérieures à un mégawatt (MW).

3.     Aucune cible pour les biocarburants avancés sans de nettes réductions des émissions

La cible proposée n’est pas réaliste: il n’y a pas assez de matières premières pour l’atteindre de manière durable. Seules des matières premières issues de déchets et de résidus réellement durables et renouvelables, capables de réduire considérablement les émissions de gaz à effet de serre devraient être incluses.

4.     Éliminer totalement les biocarburants issus des terres

L’engagement actuel de l’UE à supprimer l’aide publique accordée aux biocarburants de première génération après 2020 doit être tenu. D’ici 2030, la bioénergie produite à partir des terres agricoles devrait être totalement éliminée.

5.     Les critères de réduction des émissions doivent tenir pleinement compte des effets de la bioénergie sur le climat

Le texte préliminaire de la directive exige que les « énergies renouvelables » démontrent leur capacité à réduire les émissions de gaz à effet de serre, mais les critères actuels ne reflètent pas les effets réels des différents types d’« énergies renouvelables » sur le climat, ce qui signifie que les réductions des émissions prévues sur le papier ne se traduisent pas forcément par des réductions concrètes. Les principes comptables de la biomasse doivent être définis avant de pouvoir obtenir une quelconque protection contre une utilisation non durable et contre-productive de la bioénergie.