News

Appel d'offres : réalisation d'une étude sur les forêts françaises et le climat

17 avril 2019

Appel d'offres : réalisation d'une étude sur les forêts françaises et le climat

Fern et Canopée sont à la recherche d'un(e) consultant(e) pour réaliser une étude sur le potentiel de stockage et de séquestration de carbone par les forêts françaises et proposer une alternative à la stratégie forestière du gouvernement français plus soutenable et durable.

Pour accéder aux termes de référence complets, cliquer ici


​​​​​
Présentation du contexte :

Les forêts françaises sont aujourd’hui à la croisée des chemins, comme l'a été l'agriculture dans les années 1950-1960.

En effet, depuis le Grenelle de l’Environnement en 2007 et le discours de Sarkozy à Urmatt en 2009, dans de nombreux pays européens, les projets industriels de valorisation énergétique du bois se multiplient.

Après la reconversion de la centrale à charbon de Gardanne en centrale à biomasse, les discussions se tournent désormais vers les centrales de Cordemais ou du Havre. Des usines transforment des arbres entiers en granulés, des arbres qui contribuent au stockage du carbone en forêt et dont une bonne partie auraient pu être utilisée pour la construction - considérée comme un stock de carbone durable.

La quasi-indifférence dans laquelle se développent ces projets est symptomatique de l’absence de débat critique en France sur la gestion forestière. En 2019, la Commission européenne devra valider le Plan National Énergie Climat et le Plan National d’Action pour les Forêts (LULUCF) du gouvernement français. Ces deux plans font partis des réglementations qui contribuent aux objectifs de la Stratégie Nationale Bas Carbone publiée en 2018 qui s’inspire elle-même largement d’une étude controversée de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA). Une stratégie forestière allant à contresens des recommandations du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), qui alerte sur le risque de dépassement des seuils d’emballement climatique dans les prochaines années.

Pour faire face à cette demande croissante en bois, les forêts de feuillus sont progressivement remplacées par des plantations de résineux dans certains massifs - opération aux conséquences irréversibles qui impacte lourdement le fonctionnement des écosystèmes. La pression s'accroît aussi bien sur les forêts privées que sur les forêts publiques.

Dans ce contexte changeant, la biodiversité typiquement forestière disparaît et les paysages se banalisent, réduisant les espaces de nature accessibles aux citoyens. Les forestiers voient leur métier se dénaturer, passant d’un métier de sylviculteur à un d’exploitant/planteur. Les scieries traditionnelles, qui valorisent l’exploitation de feuillus et de gros résineux, périclitent à cause de la forte simplification de la chaîne d’approvisionnement, entraînant dans leur chute une réduction des emplois en zone rurale.
 

Objectifs de l’étude :

  • Proposer une alternative à la stratégie forestière développée par le gouvernement français, qui permettrait à la filière forêt-bois de circuits courts de contribuer à la lutte contre les changements climatiques.

  • Proposer une contre-évaluation des quantités de bois d’industrie et de bois énergie exploitables de façon soutenable et durable.

Hypothèses :

  • Cette étude cherchera à être compatible avec le scénario CLARA de stabilisation du climat à +1,5°C et s’inspirera de la méthodologie développée par le Oko Institut dans le cadre de l’étude sur les forêts allemandes.

  • Cette étude a pour objectif d’évaluer ce que les forêts peuvent produire de façon soutenable et durable, et les quantités possibles de bois pouvant être enlevées des forêts pour répondre aux besoins de notre société (et non adapter la forêt aux dits besoins).

  • Partant du postulat que la surface boisée par habitant étant élevée en France, nous n’aurions de ce fait pas besoin d’importer de produits forestiers provenant de pays tiers pour répondre aux besoins des Français. Cela implique donc de remettre en question les niveaux d’importation et de consommation. L’étude se penchera aussi sur l’éventualité d’exporter une partie de la production vers des Etats européens moins boisés.

Calendrier

  • Début du travail : dès que possible

  • Restitution de l’étude : fin juin

  • Infographies / mise en page (à la charge de Fern/Canopée) : juillet à début août

  • Publication : fin août, après la publication du rapport du GIEC sur les terres (15/16 août).


Pour plus d'informations, n'hésitez pas à contacter:

Kelsey Perlman - Chargée de plaidoyer forêts et climat, Fern, kelsey@fern.org

Sylvain Angerand - Coordinateur des campagnes, Canopée, sylvain.angerand@canopee-asso.org


Cliquez ici pour être redirigé vers les termes de référence complets pour cet appel d'offres. 

Share this:

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.