Share
Rapports

Gestion forestière et changement climatique: une nouvelle approche de la stratégie nationale d’atténuation

3 février 2020

Written by: Gaëtan du Bus de Warnaffe, Sylvain Angerand

Gestion forestière et changement climatique: une nouvelle approche de la stratégie nationale d’atténuation

Un nouveau rapport conteste la stratégie forestière à long terme de la France pour lutter contre le changement climatique. Cette étude met en exergue les failles du plan français de production de chaleur et d'électricité à partir de la combustion du bois et propose une vision alternative où les forêts jouent un plus grand rôle dans la lutte contre le dérèglement climatique, tout en devenant plus résilientes et en subvenant aux besoins en bois.

En janvier 2020, la France a publié une version mise à jour de sa stratégie nationale bas-carbone. Celle-ci prévoit une augmentation significative des récoltes de bois, ce qui réduirait la capacité des forêts à éliminer le dioxyde de carbone de l'atmosphère.

«Gestion forestière et changement climatique: une nouvelle approche de la stratégie nationale d’atténuation» propose un scénario différent: en maintenant les niveaux actuels de récolte pour les trente prochaines années, la France serait en mesure de mettre en œuvre des pratiques de gestion forestière moins intensives et de laisser les arbres vieillir, augmentant ainsi leur capacité à aspirer le carbone de l'atmosphère.

Des pratiques de gestion forestière moins intensives augmenteraient également la biodiversité et amélioreraient la fertilité des sols ainsi que la santé des forêts, ce qui aurait pour effet de les rendre plus résistantes aux futurs chocs climatiques. En outre, ces nouvelles pratiques stimuleraient les économies locales en relocalisant l'approvisionnement en bois d’œuvre, qui est actuellement majoritairement importé.

Cette étude endosse une nouvelle perspective : au lieu de partir d’une demande en énergie et en bois à satisfaire, elle suggère de commencer d’abord par considérer la santé des forêts et ce qu'elles peuvent fournir sans impact négatif sur la biodiversité.

Ces conclusions peuvent également être utiles à d'autres pays européens qui, comme la France, ont choisi de miser sur la combustion de la biomasse et l'augmentation des récoltes.

Pour lire la synthèse, cliquez ici.

Catégories: Climat, Bioénergie, Émissions négatives, Restauration

Share this:

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.